Ressources pédagogiques de la filière semences
0

Le principe du triage des semences

Les graines, selon les espèces, ont des caractéristiques différentes de longueur, de largeur, d’épaisseur, de poids, de volume, de rugosité… C’est la connaissance de ces différences que le responsable d’une station de semences va mettre à profit pour séparer et éliminer les graines étrangères et les grains malades ou anormales d’un lot de semences brutes. A chaque étape du procédé, des analyses sont réalisées pour orienter le choix et le réglage des appareils.

LES DIFFÉRENCES PHYSIQUES DES GRAINES

Pour chaque espèce, les graines ont des caractéristiques propres de forme (ronde, longue…) et de nature des téguments (lisse, rugueux, poilu ou barbu). D’autres caractères tels que la longueur, la largeur, l’épaisseur ou le PMG (poids de 1000 grains) varient également pour une espèce donnée, selon les variétés ou les caractéristiques de production d’un lot.

C’est sur la base de toutes ces caractéristiques, et grâce à leur expertise technique, que les opérateurs pourront réaliser pour chaque appareil de triage, un réglage adapté au lot de semence brute correspondant.

CHOIX DES TECHNOLOGIES SELON LES CARACTÉRISTIQUES DES GRAINS

Les graines, selon les espèces et les variétés, ont des caractéristiques différentes de longueur, de largeur, d’épaisseur, de volume, de poids et de densité, de forme et de couleur.

A chacune de ces caractéristiques du grain sont associés une technologie de triage et un type d’appareil que l’opérateur utilisera pour séparer les graines selon cette caractéristique.

  • Un nettoyeur-séparateur va permettre de trier uniquement sur la largeur, l’épaisseur et selon le comportement du flux de graines dans un courant d’air en aspirant les déchets légers.
  • Les trieurs alvéolaires séparent les grains selon leur longueur.
  • La table densimétrique sépare les grains selon leur densité grâce à une vibration sur un coussin d’air. Les grains denses restent davantage en contact avec la table et se séparent des plus légers.
  • Le trieur optique, outil technologique de précision, sépare les grains et les impuretés selon la couleur et la forme des grains.

LE TRIAGE SELON LA FORME DES SEMENCES

Chaque forme de grain est caractérisée par une longueur L, une largeur l et une épaisseur e.

C’est grâce au nettoyeur-séparateur et au trieur alvéolaire qu’un premier tri peut s’effectuer sur ces caractéristiques.

Le responsable du triage (et/ou l’opérateur) dispose de gammes de grilles à perforations allongées ou rondes (pour le nettoyeur-séparateur) et de cylindres à alvéoles longues ou rondes (pour trieur alvéolaire) dont le principe est de retenir ou de laisser passer les graines d’un flux de semences. En fonction des lots à trier, il peut ainsi opter pour les grilles et cylindres qui permettront un tri optimum.

ANALYSER LA PURETÉ ET LA FACULTÉ GERMINATIVE

La succession des différents appareils de triage permet d’éliminer les déchets, les impuretés et les graines d’adventices.

Puis, après les différentes opérations de triage, le “laboratoire qualité” d’une station de semences réalise différentes analyses pour s’assurer que les semences répondent aux exigences européennes de certification.

Le rôle du laboratoire est ainsi de vérifier, à la fin du process de triage, que le lot de semences à des exigences strictes en termes de faculté germinative, de qualité sanitaire, de pureté spécifique et variétale, garantissant aux agriculteurs des semences de qualité.