Ressources pédagogiques de la filière semences
0

Le choix des variétés fourragères

Après avoir déterminé les espèces à implanter, il convient de poursuivre la réflexion et de pousser le raisonnement jusqu’au choix de la variété. Au sein d’une même espèce les différences entre variétés peuvent être considérables. Pour faire le bon choix, certaines notions sont à connaître et à prendre en compte.

LA PRÉCOCITÉ

La précocité désigne la précocité d’épiaison pour les graminées et la précocité de floraison pour les légumineuses. Il ne faut pas la confondre avec la “précocité de pousse” au printemps, qui est plutôt appelée “démarrage en végétation”.

Le choix de la précocité est à raisonner en fonction de la zone climatique de l’exploitation et aussi en fonction du mode d’exploitation. Pour la fauche, on préférera des variétés précoces.

LA SOUPLESSE D'EXPLOITATION

La souplesse d’exploitation correspond à la période pendant laquelle l’éleveur peut faire pâturer une prairie au 1er cycle de printemps.

Si les animaux pâturent entre le démarrage en végétation et le stade épi à 10 cm, il s’agit d’un déprimage qui affectera peu la montée à épi. Par contre, si l’éleveur exploite cette prairie après le stade épi à 10 cm, un nombre de plus en plus important d’épis aura été coupés et il n’y aura pas (ou peu) de montées à épi (dans le cas d’une variété non remontante).

Dans les zones à hivers doux (Sud-Ouest, bordure océanique), certaines variétés démarrent très tôt en végétation et ont donc une grande souplesse d’exploitation. Par contre, dans les zones à hivers froids, continentales ou d’altitude, la souplesse d’exploitation de toutes les variétés est sensiblement réduite.

LES DATES DE RÉALISATION DES STADES

Les décalages des dates de réalisation des stades dépendent de l’année et surtout de la région.

En zones à hivers doux, les dates sont plus précoces et plus étalées dans le temps. L’épiaison est plus précoce de 15 jours environ en zone méditerranéenne et de 8 jours en bordure atlantique.

En zones plus fraîches, plus continentales ou en zones d’altitude, les dates de réalisation des stades sont plus tardives et plus regroupées. L’épiaison est plus tardive de 8 jours jusqu’à 3 semaines.

L'ALTERNATIVITÉ ET LA REMONTAISON

Chez les graminées, la pousse des épis favorise la production de matière sèche, facilite la fauche mais diminue la valeur alimentaire. Par contre, une variété qui n’épie pas ou qui épie peu produit surtout des feuilles à valeur alimentaire élevée et est donc bien adaptée à la pâture. De plus, au pâturage, les épis limitent la consommation par les animaux pour des problèmes d’appétence.

L’alternativité et la remontaison sont deux critères à prendre en compte pour choisir une variété de ray-grass d’Italie, de ray-grass anglais et de brome.

Les autres graminées sont généralement non alternatives. Mis à part le dactyle, les autres graminées fourragères sont remontantes.

LA PLOÏDIE

Pour plusieurs espèces (ray-grass d’Italie, ray-grass hybride, ray-grass anglais, trèfle violet), les sélectionneurs ont réussi à créer artificiellement des variétés tétraploïdes. Ils appliquent un traitement à la colchicine qui bloque la mitose et double ainsi le nombre de chromosomes.

Les semences étant également plus grosses, les variétés tétraploïdes doivent être semées à une dose plus élevée par hectare.

LA RÉSISTANCE AUX MALADIES

La résistance aux maladies est un critère très important pour le choix d’une variété. Plusieurs maladies peuvent affecter considérablement la productivité. Les pertes se situent à trois niveaux : diminution de la production des prairies, diminution de la consommation des animaux, diminution de la pérennité de la prairie.

Les rouilles (rouille couronnée, rouille noire et rouille jaune) peuvent provoquer des dégâts importants selon les variétés et le climat, de mai à octobre.

D’autres maladies, comme la mastigrosporiose, sont à craindre au printemps sur dactyle, surtout dans l’Est de la France. Pour la luzerne, c’est surtout dans la moitié Nord de la France qu’il est important de choisir des variétés résistantes à la verticilliose.

Certaines variétés inscrites au Catalogue européen qui n’ont pas été sélectionnées en France, sont très sensibles à certaines maladies se développant sous notre climat. Toutes les variétés inscrites au Catalogue français présentent une bonne résistance aux principales maladies qui sévissent dans notre pays. Les variétés tétraploïdes sont souvent plus résistantes.