Ressources pédagogiques de la filière semences
0

La filière semences de maïs en France

LA PRODUCTION

La production de semences de maïs s’est développée en France à partir des années 50 afin d’assurer l’approvisionnement du marché avec des variétés adaptées aux conditions pédoclimatiques. La filière s’est progressivement structurée pour garantir la technicité et la qualité de la production de semences de maïs.

Les surfaces de production de semences de maïs ont été supérieures à 60.000 hectares en 2018 et 2019. Ces surfaces évoluent selon les années en fonction des exportations françaises.

La grande majorité des surfaces (89 %) sert à produire des hybrides simples. Au total, plus de 2.000 variétés de maïs sont multipliées en vue de produire des semences. Les variétés hybrides commerciales produites sont de groupes précoces (38 %), demi-précoces (21 %), très précoces (17 %), tardifs/très tardifs (16 %) et demi-tardifs (7 %).

En France, la production de semences de maïs est assurée par 45 entreprises spécialisées.

Champ de production de maïs semences

Champ de production de maïs semences – © GNIS / Paul Dutronc

LE COMMERCE EXTERIEUR

En France, les entreprises semencières ont une dimension internationale : elles exportent de grandes quantités de semences de maïs, ainsi que leur savoir-faire dans le domaine de la création variétale et de la production.

Sacs de semences de maïs palettisés

Sacs de semences de maïs palettisés – © GNIS / Alain Ménard

Elles investissent également à l’étranger dans des stations de recherche pour créer et tester des variétés adaptées aux conditions pédoclimatiques et aux techniques culturales des différents pays. La France est le premier producteur européen de semences de maïs, avec la plus grande surface de multiplication.

Grâce aux travaux de sélection conduits sur les variétés de maïs et à la qualité des semences françaises de maïs produites, la France est devenue le premier pays producteur de semences de maïs dans le monde. Une grande partie de la production est destinée au marché extérieur, et plus particulièrement à celui de l’Union européenne (pour 90 % en 2018-2019). Les principaux pays clients de la France sont l’Allemagne, l’Espagne, la Pologne et l’Italie. Les pays tiers importent également des semences de maïs produites en France, notamment la Russie et l’Ukraine.

La France importe aussi des semences de maïs, pour environ 250.000 quintaux, alors que les exportations représentent plus de 1.400.000 quintaux. Ces chiffres sont à comparer aux 870.000 quintaux de semences de maïs vendues en France.

Les importations de semences de maïs sont en diminution depuis quelques années. Ces semences sont en majorité achetées auprès des autres pays de l’Union européenne : Autriche, Espagne, Hongrie, Roumanie. L’autre partie provient des Etats-Unis, du Chili, de la Turquie, de la Nouvelle-Zélande et de la Serbie.

L'ORGANISATION DE LA FILIÈRE

Chiffres clés de la filière semences maïs et sorgho

Chiffres clés de la filière semences maïs et sorgho – © GNIS

Les différents secteurs concernés par la production de semences de maïs se réunissent au sein de la section « Maïs et sorgho » de l’interprofession des semences et plants. Ainsi, les sélectionneurs, les entreprises semencières, les agriculteurs-multiplicateurs, les distributeurs et les utilisateurs sont représentés pour définir ensemble les règles de production des semences et mettre en place des actions techniques et de communication. Cette instance assure également la concertation permanente entre les professionnels et les pouvoirs publics.

La FNPSMS (Fédération Nationale de la Production de Semences de Maïs et de Sorgho) est l’interprofession pour la production de semences qui regroupe, d’une part, les agriculteurs-multiplicateurs réunis au sein de l’AGPM maïs semence, section spécialisée de l’AGPM (Association Générale des Producteurs de Maïs) et, d’autre part, les entreprises semencières réunies au sein de la section « Maïs et sorgho » de l’UFS (Union Française des Semenciers). Ensemble, ils gèrent la production française et contribuent au développement des marchés.

Les agriculteurs-multiplicateurs de semences de maïs sont organisés en syndicats locaux (SPSMS) regroupés au sein de l’AGPM maïs semence. Au total, 25 syndicats regroupent près de 4.000 agriculteurs-multiplicateurs. Ces syndicats ont pour mission de défendre les intérêts des agriculteurs-multiplicateurs, de les assister, de les informer et de négocier les contrats et leur répartition avec les établissements. Les syndicats forment également les techniciens agréés qui contrôlent les cultures de multiplication de semences de maïs par délégation du Service Officiel de Contrôle et de certification (SOC).

Le travail conjoint des différents acteurs assure ainsi la mise à disposition pour l’ensemble des agriculteurs de semences de maïs d’excellente qualité, tout au long d’un processus contrôlé et vérifié.