Ressources pédagogiques de la filière semences
0

Revue de presse

× ×

Le potentiel du sorgho encore trop méconnu ?

Source : La Dépêche du Petit Meunier du 29 janvier 2019 N4298 P16 par Matias Desvernois

Le sorgho mérite d’être mieux connu en France. Ces promoteurs se sont réunis mi-janvier pour rappeler ses qualités de résistance à la sécheresse et aux maladies, ses qualités agronomiques et alimentaires. Ils espèrent pour 2019 augmenter les surfaces cultivées (environ 61.000 ha en 2018) et incitent à développer une filière organisée de la semence à la transformation. Cette dernière concernant à 95% l’alimentation animale, le débouché pour l’alimentation humaine garde tout son potentiel.


Maïs - L'adaptation des hybrides se confirme

Source : Le Betteravier Français du 22 janvier 2019 N1088 P33 par Marianne Loison

La campagne 2018 de maïs a été marquée par une hétérogénéité régionale des récoltes en grain et en fourrage liée aux conditions sèches et à l’apport ou non d’irrigation. Elle rappelle que le comportement face au stress hydrique est un critère de choix variétal à prendre en compte parmi les autres. La tendance depuis quelques années est de jouer sur la précocité dans le panel des variétés récentes porteuses de gain génétique. Pour les semis 2019, les agriculteurs auront à tenir compte du risque ravageurs du sol et à opter pour une alternative aux TS de la famille des néonicotinoïdes désormais interdits.


Pommes de terre - Des variétés résistent au mildiou

Source : La France Agricole du 18 janvier 2019 N3783 P32 par Blandine Cailliez

La création variétale permet de disposer de variétés de pomme de terre se comportant bien face au mildiou et d’ainsi réduire l’utilisation de fongicides. De telles variétés inscrites au Catalogue sont plus courantes pour les débouchés en féculerie qu’en consommation. Des gènes spécifiques de résistance ont été identifiés mais ils sont facilement contournables par le mildiou. La recherche travaille désormais à associer ces gènes à des résistances quantitatives pour plus de durabilité. Dans les champs, les expérimentations consistent à utiliser des variétés peu sensibles et à établir un programme de traitement fongique réduit à la carte.


Des variétés de maïs fourrage plus typées

Source : Réussir Bovins de janvier 2019 N266 P38-40 par Sophie Bourgeois

Le nombre important de variétés de maïs fourrage disponibles oblige les éleveurs à choisir, en fonction de la ration qu’ils pratiquent, dans des profils fibre, équilibré ou amidon proposés par la sélection. Depuis peu, le profil huile complète la liste. Les semenciers travaillent ces axes et les mettent en avant dans leurs nouvelles variétés. Le rendement en MS/ha et la tenue de tige ne sont pas oubliés dans les programmes de sélection mais les critères sont désormais complétés par le comportement face au changement climatique.


Plusieurs années pour attester une tolérance aux fusarioses

Source : Réussir Grandes Cultures de janvier 2019 N331 P28-30 par Christian Gloria

L’absence de mycotoxines dans les récoltes de maïs grain destinées à l’alimentation humaine ou animale conduit à préférer la culture de variétés tolérant les fusarioses. Cette qualité sanitaire est prise en compte dans certains programmes de sélection. Lors des essais officiels d’inscription multilocaux, le comportement face aux fusarioses est observé pour éliminer les variétés très sensibles. Lors du développement commercial et des essais de post-inscription, ce comportement continue d’être scruté. Si les données sur l’une des fusarioses provoquée par F. graminearum sont facilement disponibles à toutes ces étapes, celles concernant la famille des liseola sont plus difficiles à appréhender du fait d’un développement multifactoriel. Dans les champs, la lutte avec une variété tolérante est a compléter par des techniques culturales minimisant les risques. Un encart à l’article précise que les normes alimentaires européennes sur les mycotoxines sont amenées à être renforcées.


La sélection variétale s'accélère

Source : Réussir Fruits et Légumes de janvier 2019 N390 P8 par Véronique Bargain

Dans le cadre d’une enquête sur le changement dans la filière fruits et légumes, un encart est consacré à la sélection. Celle-ci voit ses objectifs et donc ses critères évoluer face à la diversification des modes de production et des débouchés, face aux pressions politiques et sociétales, et face au changement climatique. Elle doit aussi s’accélérer : les nouvelles connaissances et techniques sont là pour le faire avec la connaissance du génome, l’édition du génome, le phénotypage et la puce ADN.


Exportations de semences agricoles - La France reste leader

Source : terre-net.fr du 21 décembre 2018

En 2017/2018, la France a vu ses exportations de semences augmenter de 1,7% et atteindre 1,643 milliard d’euros. Les importations progressant de 4,6% dans le même temps, la balance commerciale montre un léger retrait à 947 M€. Les espèces les plus exportées en valeur sont le maïs, les potagères et florales et les pommes de terre. Le premier pays partenaire reste l’Allemagne, avec un excédent cette année après deux ans de déficit. Les échanges avec les autres pays européens et les pays tiers ont conduit à des excédents respectivement en hausse et en baisse. Depuis 3 campagnes, l’excédent de la balance commerciale des semences dépasse les 900 M€.


1 6 7