gnis pdagogie
"Le site des ressources pédagogiques de la filière semences"



Partager


Actualités de Gnis pédagogie


Variétés de betteraves - Des progrès sur la tolérance à la cercosporiose 12/03/2019

Pour 2019, le CTPS propose à l'inscription au Catalogue officiel 20 nouvelles variétés de betteraves sucrières. Toutes se comportent bien face à la cercosporiose, critère qui a éliminé un bon nombre de candidates. Les planteurs, de plus en plus confrontés à cette maladie, apprécieront le progrès génétique apporté par ces nouveautés qui sera à confirmer lors des essais de post-inscription. Par ailleurs, 3 variétés tolérantes à la jaunisse entrent en première année de test pour l'inscription. (Source : Le Betteravier Français du 5 mars 2019 N1089 P25 par François-Xavier Duquenne)


La semence, premier levier de l'agroécologie 12/03/2019

Le dossier commence par rappeler la part due à l'amélioration variétale des grandes cultures dans la hausse des rendements depuis le début du 20ème siècle, ce qui a permis de nourrir l'Europe et de rendre le continent exportateur. Il continue avec les chiffres de la filière française des semences et sa contribution à l'environnement. Il explique que les sélectionneurs contribuent à enrichir les ressources génétiques avec leurs nouvelles variétés mais aussi à les maintenir pour pouvoir y puiser une caractéristique intéressante ; ils peuvent même être amenés à travailler sur des espèces émergentes. Le dossier s'intéresse ensuite aux variétés sélectionnées pour leur résistance aux maladies qui permettent de diminuer le recours aux traitements phytosanitaires, critère désormais mis en avant à l'inscription et dans les champs avec le CEPP (certificat d'économie des produits phytosanitaires). Il se termine avec un point sur les variétés destinées à la production bio et testées à l'inscription en tant que telles. (Source : Agrodistribution de mars 2019 N302 P24-30 par Blandine Cailliez)


Lavande ou lavandin, les deux sont au parfum 12/03/2019

L'huile essentielle de lavande ou de lavandin a de plus en plus de débouchés. Elle est très appréciée pour son parfum, comme les champs provençaux sont recherchés par les touristes pour le parfum et les couleurs. Le plus souvent, ces champs sont des cultures de lavandin, un hybride de deux lavandes, dont les surfaces de culture devancent largement celles de lavande fine pour des raisons de productivité en huile, explique Philippe Roux du Gnis. L'huile essentielle de lavandin est surtout utilisée par les lessiviers et en aromathérapie, les parfumeurs préférant en rester à celle de lavande fine. Ce succès ne fait pas perdre de vue aux producteurs la menace du dépérissement des pieds dû à un phytoplasme transmis par un insecte qui peut faire chuter de moitié la production d'un pied touché. Si la lavande fine provençale est concurrencée par la Bulgarie, le lavandin reste français mais sa production intéresse désormais la Beauce. (Source : lemonde.fr du 2 mars 2019 par Laurence Girard)


Les biotechnologies au service des oléagineux 26/02/2019

Le dossier commence par rappeler rapidement les utilisations des biotechnologies en sélection oléagineux. Il continue avec les différentes huiles produites et consommées, l'haplodiploïdisation utilisée en sélection colza, le potentiel des microalgues productrices de lipides d'intérêt nutritionnel, les techniques ayant permis la création de variétés hybrides chez le tournesol et le colza, le désherbage post-levée sur cultures d'oléagineux rendu possible, la sélection du palmier à huile pour que sa culture soit plus durable, la création de variétés de colza plus résistantes au phoma. (Source : Biotechnologies Végétales Infos de 2019 N17 P4-6)


Le gazon, bien plus que de l’herbe ! 19/02/2019

Les espèces de graminées qui composent un gazon sont spécialement sélectionnées pour cet usage. Le choix de ces espèces et des variétés pour un semis dépend des conditions pédoclimatiques et de l'utilisation de la surface à engazonner. Pour un bon résultat, les variétés sont inscrites au Catalogue français qui garantit leurs caractéristiques, des variétés toujours plus performantes. Les professionnels du jardin d'agrément disposent d'un outil d'aide en ligne pour ce choix, proposé par le Gnis. Ils peuvent aussi se fier aux signes de qualité des mélanges comme le Label Rouge ou encore le Label Pelouse éco-durable. Les innovations technologiques appliquées aux semences comme le pelliculage ou la prégermination assurent une meilleure implantation. L'utilisation de la surface engazonnée et son entretien sont des éléments qui guident le choix de la composition du mélange ; ce peut être la réduction des arrosages et/ou de la fertilisation, la résistance au réchauffement climatique, la vitesse de pousse. Les variétés récentes, grâce au progrès génétique, répondent mieux à l'arrêt des produits phytosanitaires. (Source : Profession Paysagiste de février 2019 N96 P24-26)


OGM - "Les écologistes français ignorent les preuves scientifiques" 29/01/2019

Ancien faucheur d’OGM, Mark Lynas est désormais convaincu de l’intérêt des biotechnologies. Un changement d’opinion qu’il a expliqué à l’occasion d’une avant-première du film Food Evolution à Paris, le 24 janvier 2019. (Source : lafranceagricole.fr du 28 janvier 2019 par Ivan Logvenoff ; Résumé proposé par la revue)


Le potentiel du sorgho encore trop méconnu ? 29/01/2019

Le sorgho mérite d’être mieux connu en France. Ces promoteurs se sont réunis mi-janvier pour rappeler ses qualités de résistance à la sécheresse et aux maladies, ses qualités agronomiques et alimentaires. Ils espèrent pour 2019 augmenter les surfaces cultivées (environ 61.000 ha en 2018) et incitent à développer une filière organisée de la semence à la transformation. Cette dernière concernant à 95% l’alimentation animale, le débouché pour l’alimentation humaine garde tout son potentiel. (Source : La Dépêche du Petit Meunier du 29 janvier 2019 N4298 P16 par Matias Desvernois)


Maïs - L'adaptation des hybrides se confirme 29/01/2019

La campagne 2018 de maïs a été marquée par une hétérogénéité régionale des récoltes en grain et en fourrage liée aux conditions sèches et à l’apport ou non d’irrigation. Elle rappelle que le comportement face au stress hydrique est un critère de choix variétal à prendre en compte parmi les autres. La tendance depuis quelques années est de jouer sur la précocité dans le panel des variétés récentes porteuses de gain génétique. Pour les semis 2019, les agriculteurs auront à tenir compte du risque ravageurs du sol et à opter pour une alternative aux TS de la famille des néonicotinoïdes désormais interdits. (Source : Le Betteravier Français du 22 janvier 2019 N1088 P33 par Marianne Loison)


Pommes de terre - Des variétés résistent au mildiou 22/01/2019

La création variétale permet de disposer de variétés de pomme de terre se comportant bien face au mildiou et d'ainsi réduire l'utilisation de fongicides. De telles variétés inscrites au Catalogue sont plus courantes pour les débouchés en féculerie qu'en consommation. Des gènes spécifiques de résistance ont été identifiés mais ils sont facilement contournables par le mildiou. La recherche travaille désormais à associer ces gènes à des résistances quantitatives pour plus de durabilité. Dans les champs, les expérimentations consistent à utiliser des variétés peu sensibles et à établir un programme de traitement fongique réduit à la carte. (Source : La France Agricole du 18 janvier 2019 N3783 P32 par Blandine Cailliez)


Exportations de semences agricoles - La France reste leader 15/01/2019

En 2017/2018, la France a vu ses exportations de semences augmenter de 1,7% et atteindre 1,643 milliard d'euros. Les importations progressant de 4,6% dans le même temps, la balance commerciale montre un léger retrait à 947 M€. Les espèces les plus exportées en valeur sont le maïs, les potagères et florales et les pommes de terre. Le premier pays partenaire reste l'Allemagne, avec un excédent cette année après deux ans de déficit. Les échanges avec les autres pays européens et les pays tiers ont conduit à des excédents respectivement en hausse et en baisse. Depuis 3 campagnes, l'excédent de la balance commerciale des semences dépasse les 900 M€. (Source : terre-net.fr du 21 décembre 2018)