gnis pdagogie
"Le site des ressources pédagogiques de la filière semences"


A télécharger



Fiche filière / Tournesol
Abeilles et production de semences d'oléagineux

Abeilles et production de semences d'oléagineux
Cliquez ici pour visualiser la vidéo


En images



Production de semences de gazon, controles
Des contrôles à chaque étape
Trieur alvéolaires vue extérieure
Ils éliminent les graines ovales, longues ou rondes dont le diamètre est identique à celui de la semence

VOIR GALERIE PHOTO



Partager


La production de semences de tournesol


Une culture jeune.

La culture du tournesol mit longtemps à se développer en France.
Elle ne connut son véritable essor que dans les années 1978/80 après la création de variétés hybrides et résistantes aux maladies.
Alors qu’il ne couvrait que 9 127 ha en 1965, le tournesol s’est fortement développé et son huile, réputée pour ses qualités diététiques, a remplacé l’huile d’arachide importée d’Afrique.
En 1994, sa culture dépassait le million d’hectares. Depuis, les surfaces ont diminué pour atteindre 700 000 ha en 2001.

105 000 agriculteurs cultivent du tournesol et produisent 1 850 000 tonnes de graines pour différents usages. 600 000 tonnes sont destinées à la fabrication d’huile de table, 700 000 tonnes à la fabrication de tourteaux pour l’alimentation animale, auxquelles il faut ajouter le tournesol de bouche, l’oisellerie, l’huile pour les moteurs, les lessives, les plastiques…



Une organisation structurée

Parcelle de production de semences
Parcelle de production de semences
On distingue les rangs mâles et femelles
Parcelle de production de semences

Face à l’intérêt de cette culture et à ces débouchés variés, la filière semences s’est organisée pour approvisionner le marché en semences de qualité. Une sélection française s’est développée pour fournir rapidement aux agriculteurs des variétés à haut potentiel de rendement, puis des variétés de plus en plus résistantes aux maladies, ce qui a permis d’installer durablement cette culture en France.

 

La sélection française a débuté dans les années 1960 avec la découverte, suite aux travaux de l’Inra, de la stérilité mâle génique puis cytoplasmique. La création d’hybrides grâce à la création de lignées mâles stériles et de lignées restauratrices de la fertilité permit un véritable bond des rendements.
Ensuite, la création et l’inscription au début des années 1980, des premières variétés résistantes au mildiou, maladie apparue en France à peine trois ans plus tôt, ont permis à la culture du tournesol de continuer à progresser dans le pays.
Par la suite, les sélectionneurs ont continué à sécuriser la production en créant des variétés résistantes au sclérotinia puis au phomopsis.
 

Une production de semences qui couvre le marché français.

La production de semences de tournesol s’est mise en place en France afin d’assurer l’approvisionnement du marché français en quantité suffisante, avec des variétés adaptées aux conditions de milieu du pays. Ainsi, 24 établissements producteurs et 1 600 agriculteurs-multiplicateurs de semences multiplient actuellement des semences de tournesol sur environ 6 000 ha.

Pour un marché de 43 000 quintaux de semences par an, environ 50 000 quintaux sont produits en France. Ainsi, en 25 ans, la production nationale a été multipliée par 25.
Cette production, contrôlée par une soixantaine de contrôleurs, est de qualité très élevée avec un taux de germination de 92 % en moyenne.
 

Une organisation structurée de la filière semences.

Les différents secteurs concernés par les semences de tournesol sont représentés et se réunissent au sein de la section semences de plantes oléagineuses du GNIS.
Ainsi, les entreprises semencières, les établissements distributeurs, les agriculteurs-multiplicateurs et les utilisateurs organisent ensemble la production et la commercialisation de semences, aussi bien sur le plan technique que réglementaire. Cette instance assure une concertation permanente entre la profession et les pouvoirs publics.

Les industriels des semences de plantes oléagineuses adhèrent à l’AMSOL (association des industries des semences de plantes oléoprotéagineuses). L’AMSOL a pour mission d’assurer la concertation et les échanges entre les entreprises, de promouvoir le marché des semences d’oléagineux et de représenter ces adhérents auprès des instances réglementaires et politiques et notamment au Gnis.

Les agriculteurs-multiplicateurs sont eux représentés par l’ANAMSO (Association Nationale des Agriculteurs Multiplicateurs de Semences Oléagineuses). L’ANAMSO a une mission syndicale de défense des intérêts, d’assistance, d’information des agriculteurs-multiplicateurs et de négociations avec les établissements producteurs. Elle a également une mission technique d’amélioration de la production de semences, de conseils des agriculteurs-multiplicateurs et de gestion et d’animation des zones protégées pour le tournesol semences.
Ces techniciens notent les cultures de semences oléagineuses en cours de multiplication par délégation du SOC (Service Officiel de Contrôle).