gnis pdagogie
"Le site des ressources pédagogiques de la filière semences"

Conserver les ressources génétiques
Vidéo- Conservation et création de nouvelles variétés à l'INRA d'Avignon
tags :

Cliquez-ici pour voir la vidéo


En images



Variétés de pomme de terre
L'espèce se définit comme unité de base de la classification des êtres vivants
Collection de conservation de céréales
Il faut renouveler régulièrement le stock de semence

VOIR GALERIE PHOTO



Partager


Conservation des ressources génétiques



Depuis quand conserve t'on les ressources génétiques

Conservation dans des banques de semences
Conservation dans des banques de semences
Collection d'arabidopsis thaliana, plante modèle
Conservation dans des banques de semences
Les collections de plantes, notamment constituées par les semenciers et les horticulteurs, existent depuis longtemps. Mais il faut attendre les années 1960 pour que les États prennent conscience de la nécessité de mettre sur pied de véritables politiques de conservation. À cette époque également, face à l'intensification des cultures et à la réduction du nombre de variétés utilisées, on commence à s'intéresser à la sauvegarde de variétés non directement utiles ou peu intéressantes en termes économiques.
Dans les années 1970, cette mobilisation se concrétise, sur le plan mondial, par la création de plusieurs centres internationaux de conservation des ressources, notamment sous l'égide du CGIAR (Groupe consultatif sur la recherche agricole internationale).

Des guerres ou des conflits peuvent entraîner de lourdes pertes dans le domaine agricole.
Ainsi, le Nicaragua et le Cambodge, à la suite des dramatiques événements dont ils furent victimes l'un et l'autre, perdirent leurs collections de graines locales de maïs et de riz. Des semences avaient heureusement été conservées au Centre international d'amélioration du maïs et du blé, géré par le CGIAR ; les deux pays purent reconstituer leurs rizières et leurs champs dévastés.



Qui s'en charge ?

Les conventions internationales

Un premier engagement international, sous l'égide de la FAO, est adopté par 118 pays en 1983. Il considère les ressources génétiques comme un "patrimoine commun de l'humanité". Mais un virage important est pris en 1992, lors de la signature de la Convention sur la diversité biologique, au Sommet de la terre de Rio : désormais, chaque nation exerce un droit souverain sur ses propres ressources. Elle a également le devoir d'en faciliter l'accès et d'assurer le partage juste et équitable des avantages résultant de leur utilisation.


Pépinière de ray-grass anglais
Pépinière de ray-grass anglais
Les semenciers participent au maintien des ressources génétiques
Pépinière de ray-grass anglais

Un exemple de réseau : plantes fourragères et gazons
 

En matière d'espèces végétales, le Bureau des Ressources Génétiques (BRG) anime un ensemble de réseaux qui fédèrent des acteurs privés et publics. Chaque réseau assure la gestion d'une espèce ou d'un groupe d'espèces (céréales à paille, maïs, crucifères légumières, tournesol, fraisier ...).
La Collection nationale "Plantes fourragères et à gazon" est ainsi gérée conjointement par des semenciers et des partenaires publics comprenant l'INRA (Institut national de la recherche agronomique) et le GEVES (Groupe d'étude et de contrôle des variétés et des semences). Ce réseau a en charge 31 espèces dont les dactyles, les fétuques, les luzernes, les ray-grass, des formes sauvages de ces plantes et des espèces apparentées.


La conservation des ressources génétiques est assurée au champ et au sein de trois banques de graines :
- une à long terme, où sont stockées des semences à - 18° C durant 25 ans avant régénération ;
- une de secours, localisée dans un autre lieu ;
- une active servant à la diffusion, et dans laquelle les semenciers peuvent puiser.

 


Et en France ?


Conscients de la nécessité de coordonner les initiatives et l'action d'organismes publics en faveur de la conservation des ressources, les pouvoirs publics ont créé, dès 1983, le Bureau des ressources génétiques (BRG). En 1993, le BRG est réorganisé.
Constitué en groupement d'intérêt scientifique, il associe six ministères et sept organismes de recherche. Il a adopté, en collaboration avec des partenaires publics et privés, une charte nationale pour la gestion des ressources génétiques dont la responsabilité incombe à la France. Pour les végétaux, il s'agit de plantes indigènes ou de variétés créées sur le territoire national (1). Dans ce domaine, le BRG participe aux programmes européens de coopération.

(1) Leur gestion est organisée dans le respect d'un Plan Mondial d'Action adopté en 1996 par 150 pays.


Et les semenciers ?
 

Avant de conserver, il faut connaître, et le rôle des semenciers est ici irremplaçable. Leur travail sur le terrain les amène à étudier chaque variété et ses caractéristiques génétiques.
Ils apportent cette compétence aux réseaux auxquels ils participent, tout particulièrement pour la caractérisation, l'évaluation et la régénération des ressources génétiques. Par ailleurs, pour leur activité de sélection, ils maintiennent et enrichissent des collections de travail sur lesquelles repose la création de nouvelles variétés.
Ainsi, les sélectionneurs sont à la fois collectionneurs, conservateurs et créateurs de ressources génétiques.


Diversité des variétés de colza
Diversité des variétés de colza
Une très grande diversité de ressources génétiques
Diversité des variétés de colza

Sélection et conservation
 

Des sélectionneurs privés mènent des programmes internationaux d'amélioration du colza. Pour cela, ils travaillent sur une collection de plus de 8 000 génotypes de cette plante. Ceux qui ne sont pas directement utilisés sont conservés au froid.
Pour enrichir encore cette diversité, ils font appel aux ressources génétiques des collections publiques et à celles de partenaires étrangers, avec lesquels des contrats de réciprocité sont passés. Les variétés obtenues dans des pays éloignés, soumises à des situations locales bien différentes, ont en effet développé des caractéristiques parfois fort intéressantes : gènes de résistance à une nouvelle maladie ou permettant d'améliorer la qualité diététique de l'huile, par exemple. Cependant, le matériel à disposition ne donne pas toujours une réponse directe à tel ou tel problème. Ainsi, pour lutter contre le phoma, une maladie du colza destructrice, les sélectionneurs ont-ils élargi la recherche à ... la moutarde brune, une plante apparentée au colza.