gnis pdagogie
"Le site des ressources pédagogiques de la filière semences"


A télécharger



Fiche filière maïs

En vidéos



Maïs et photosynthèse, une efficience remarquable
Le maïs, il y a fort longtemps ...
histoire du maïs

VOIR GALERIE VIDEO

En images



Epi de maïs mûr
Epi de maïs mûr
Récolte de parcelles de testage
Maïs au stade 2 feuilles
Maïs au stade 2 feuilles
L'objectif est que chaque grain donne une plante.
tags : maïs | plantule

VOIR GALERIE PHOTO



Partager


Le maïs, marché, biologie, sélection et production de semences


Classeur maïs
Classeur maïs
Tout savoir sur le maïs
Classeur maïs

Cet ensemble, dont l'original est composé de 22 transparents, présente de façon simple et illustrée l'importance économique du maïs, sa biologie, sa physiologie ainsi que les techniques d'amélioration génétique et de production de semences. Il à été réalisé avec le concours de Seproma (Chambre syndicale des Entreprises Françaises de Semences de Maïs) et d'Arvalis - Institut du Végétal (AGPM - Technique au moment de l'édition en 1990).

Le maïs, avec le blé tendre et le riz est l'une des trois plantes les plus cultivées dans le monde. Cultivé sur tous les continents, il possède une grande aptitude à produire de la matière sèche.
 Récolté en grain ou en fourrage, il est à l'origine d'une véritable révolution agricole par l'importance de sa part dans l'alimentation humaine et animale, des surfaces cultivées dans le monde, de la diversité de ses utilisations, de sa valeur et de ses échanges économiques.
 
Les données proviennent de différentes sources :
FAO - United Nations Statistics - MAIZ'EUROP - SCEES - Direction "Agriculture" de l'UE - COCERAL - ONIC
 



La production du maïs grain dans le monde

Production mondiale du maïs en 2002
Production mondiale du maïs en 2002
Un marché en plein essort
tags : maïs | monde | production
Production mondiale du maïs en 2002
En 2002, la récolte mondiale de maïs grain a atteint 603 millions de tonnes. De 1950 à la fin des années 80, la production de maïs a été multipliée par 3,4. Depuis 1990, sa progression s'est ralentie puisqu'elle n'est plus que de +24 %. Dans la même période, les surfaces ont progressé de 5,6 % et les rendements moyens sont passés de 37 à 43 q/ha.

Les rendements n'ont cependant pas progressé partout de la même façon. En Europe (comprise l'ex-URSS) où les progrès de productivité ont été les plus spectaculaires entre 1950 et 1990 (58 q/ha en 1987 contre 12 q/ha en 1950), ils restent stables à 58 q/ha du fait de fortes variations essentiellement imputables aux pays de l'Europe de l'Est qui connurent des baisses significatives de rendement en 1992 et 2000. Les rendements au sein de l'UE ont, quant à eux, progressé régulièrement de 73 à 89 % en dépit des écarts importants existant entre les pays (50 à 60 q/ha au Portugal et 100 à 110 q/ha en Belgique). Par contre en Amérique du Nord, durant la même période, les rendements ont poursuivi leur progression passant de 74 à 81 q/ha. Alors que les rendements canadiens sont restés stables à 70 q/ha depuis 1991, ceux des U.S.A suivent une augmentation constante de 30 %. En Amérique du Sud, ils sont passés de 21 à 34 q/ha et en Afrique, ils ont peu progressé passant de 13 à 16 q/ha.

Dans le monde, les zones à haut rendement (supérieur à 50 q/ha) sont très limitées.
Elles concernent principalement les Etats-Unis (où les rendements sont généralement plus élevés : 82 q/ha en 2002), et l'Europe avec notamment la France et l'Italie. Plus de 30 % des superficies de maïs grain sont localisées dans ces zones dont 28 millions d'hectares aux Etats-Unis et près de 14 millions d'hectares en Europe (comprise l'ex-URSS). Dans ces zones, le maïs est cultivé de façon intensive et il est destiné essentiellement à l'alimentation animale et aux industries de transformation.

Le reste des surfaces se répartit entre l'Asie (43 millions d'hectares), le continent Africain (27 millions d'hectares) et l'Amérique du Sud (17 millions d'hectares).
Dans ces zones, le maïs sert avant tout de base à l'alimentation humaine.

Au niveau de la production, quatre grands centres assurent 80 % des disponibilités mondiales.
- Les Etats-Unis avec une production en 2002 de plus de 228 millions de tonnes, soit près de 38 % des ressources mondiales,
- La Chine avec plus de 123 millions de tonnes,
- L'Europe (non compris l'URSS) avec 70 millions de tonnes dont 59 % (contre 38 % en 1987) pour les pays de l'Ouest et 41 % pour les pays de l'Est (principalement la Roumanie, la Serbie-et-Monténégro (ex-Yougoslavie) et la Hongrie),
- L'Amérique du Sud avec plus de 58 millions de tonnes produites principalement par le Brésil et l'Argentine.


Le commerce mondial du maïs

Commerce mondial du maïs
Commerce mondial du maïs
Une multitude de flux
Commerce mondial du maïs
Les échanges mondiaux du maïs ont essentiellement progressé entre 1960 et 1981 passant de 11 à 80 millions de tonnes. Cette augmentation s'est ralentie durant ces vingt dernières années pour atteindre 144 millions de tonnes en 2002.
Les évolutions observées sont liées essentiellement à l'augmentation de la demande en céréales pour l'alimentation animale.
 
Les principaux pays acheteurs de maïs se diversifient de plus en plus et peuvent être regroupés dans quatre grandes zones géographiques :
- les pays de l'Asie Orientale qui représentent la moitié des besoins mondiaux d'importation, avec principalement le Japon et, dans une moindre mesure, la Corée du Sud, Taïwan, la Malaisie et Singapour ;
- les pays d'Amérique Latine dont les besoins ont fortement progressé et correspondent aujourd'hui à 17 % de la demande mondiale (contre 7 % en 1995/96) ;
- l'Union Européenne qui a vu son niveau d'importation augmenter fortement pour retrouver celui du début des années 80 et atteindre 15 % (UE à 15 ou 25 idem) de la demande mondiale. Cette hausse résulte des besoins croissants de l'Espagne et du Portugal.
- L'Afrique du Nord et le Moyen-Orient se maintiennent avec 10 % de la demande mondiale.
 
En vingt ans, les importations de la CEI ont quasiment disparu (passant de 13 à 0.6 millions de tonnes), alors qu'elles ont longtemps rivalisé avec celles du Japon. La croissance des importations asiatiques et latino-américaines ont largement compensé cet effondrement.
 
Face à cette demande mondiale importante, le nombre de pays exportateurs est relativement limité. Il s'agit des Etats-Unis dont la part a régressé de 84 % (en 1995/96) à 56 % au profit de la Chine qui représente 14 % des exportations mondiales, viennent ensuite l'Argentine (11 %) et la France (10 %) qui exportent essentiellement sur l'UE.
A cette liste, il convient d'ajouter la Hongrie qui exporte, depuis 1997, 2 à 3 % des exportations mondiales.

Au niveau mondial
Total des exportations 85 millions de tonnes
Total des importations 59 millions de tonnes
Au niveau UE à 15  
Total des exportations 9,5 millions de tonnes (11,2 %)
Total des importations 8,6 millions de tonnes (16,4 %)
Au niveau UE à 25  
Total des exportations 11,6 millions de tonnes (14 %)
Total des importations 9 millions de tonnes (17 %)
 


La production de maïs grain en europe

Production de maïs grain en Europe
Production de maïs grain en Europe
Des surfaces en constante évolution
Production de maïs grain en Europe
En 2002, la production de maïs au sein de l'Union Européenne (UE à 15) a atteint 38.7 millions de tonnes, soit un peu plus de 6 % de la production mondiale. L'UE a 25 pays représente 47.8 millions de tonnes soit près de 8 % de la production mondiale. Elle a nettement progressé, son niveau n'atteignait que 15 millions de tonnes dans les années 1970.

Cette production est assurée principalement par la France avec 16.3 millions de tonnes, soit +23 % entre 1989 et 2002, par l'Italie (10.8 millions de tonnes, +70 %), l'Espagne (4.4 millions de tonnes, +34 %) et l'Allemagne dont la production a plus que doublé sur la même période atteignant 3.7 millions de tonnes à la suite de la progression tant des rendements que des surfaces.

La CEE à 10 est restée largement déficitaire des années 70 à 80 (10 millions de tonnes). Par la suite, l'accroissement des surfaces joint au gain spectaculaire de productivité apporté, pour une bonne part, par le progrès génétique a permis de ramener le déficit à 1.6 millions de tonnes à la fin des années 80. Depuis, grâce en grande partie au développement de la production française, il oscille entre 0.6 et 3 millions de tonnes (2.2 millions de tonnes en 2002). En 2004, l'élargissement de l'UE à dix nouveaux pays dont certains des producteurs importants de maïs (Pologne, Hongrie, République Tchèque, Slovaquie, voire Slovénie) devrait permettre d'équilibrer, voire d'inverser la tendance.

Après avoir régressé durant les années 80, les besoins intérieurs de l'UE à 15 ont progressé de 28 à 42 millions de tonnes entre 1994 et 2002. Cette accroissement a été compensé par une augmentation de la production qui est passée de 27 à 40 millions de tonnes durant la même période. Malgré une hausse sensible de leur production, l'Espagne (4.4 Mt, +87 %) et le Portugal (0.7 Mt, +25 %) ne couvrent toujours pas leurs besoins. Jusqu'en 1990, ces deux pays bénéficiaient d'importations privilégiées des Etats-Unis d'Amérique, mais depuis l'apparition des OGM, cette part a fortement régressé au profit des pays de l'UE (la France), de l'Argentine et du Brésil. En 2002, l'Espagne et le Portugal sont respectivement 4ème et 6ème pays importateurs de maïs grain.

A part des produits issus des industries de transformation du maïs, l'UE exporte très peu sur les pays tiers (1 à 3 % des exports totaux), car les prix européens sont très peu compétitifs comparés à ceux du maïs américain par exemple (56 % du commerce mondial).


La production de maïs en France

Surfaces de maïs en France en 2002
Surfaces de maïs en France en 2002
Les surfaces en grain sont mieux répartis que celles en fourrage
Surfaces de maïs en France en 2002

En France, le maïs est la deuxième production végétale derrière le blé tendre et les surfaces cultivées représentent un peu plus de 10 % de la surface agricole utile totale.
Les surfaces consacrées à la culture de maïs se sont rapidement développées entre 1955 et 1975, passant de 450 000 à 2 837 000 ha. En 1988, elles atteignaient 3 481 000 hectares, dont 1 973 000 hectares pour le grain (dont 10 000 hectares de production de maïs doux et plus de 37 000 hectares en production de semences), et 1 508 000 hectares pour le maïs fourrage. Depuis, elles ont peu évolué, oscillant ces dernières années entre 3,2 et 3,5 millions d'hectares.

Cette évolution correspond à l'extension géographique de la culture. Presque uniquement localisée dans le Sud-Ouest dans les années 50, elle est désormais présente sur l'ensemble du territoire français.

Cette extension est liée à la création de variétés de plus en plus précoces pouvant s'adapter à d'autres régions du pays. Les rendements en maïs grain ont connu également une forte progression. Situés en dessous de 30 quintaux par hectare de moyenne nationale jusqu'en 1960, ils atteignaient plus de 50 quintaux par hectare dans les années 70.

Depuis, le gain de productivité moyen est d'environ 1,2 quintal par hectare et par an. En 2002, le rendement moyen enregistré atteint 91 q/ha (le record de rendement moyen a été enregistré en 1997 et 2000 avec 92 quintaux par hectare).
L'évolution de la production en France ne fait que refléter celle des surfaces et des rendements. Inférieure à 2 millions de tonnes jusqu'en 1960, la production annuelle varie désormais entre 10 et 16 millions de tonnes (16.6 millions de tonnes en 1997 du fait d'un rendement record).


Evolution des surfaces de maïs en France
en milliers d'hectares
  1960 1970 1980 1990 2000 2002

Grain

826

1 484

1 756

1 600

1 834

1 782

Fourrage

254

384

1 147

1 769

1 388

1 410

Total

1 080

1 868

2 903

3 369

3 222

3 193