gnis pdagogie
"Le site des ressources pédagogiques de la filière semences"


A télécharger



Fiche filière / Maïs
Maïs
Les enjeux actuels du maïs

La filière maïs compte environ 300 000 emplois implantées au cœur des territoires agricoles
Une filière dynamique
La filière maïs compte environ 300 000 emplois implantées au cœur des territoires agricoles

En vidéos



Maïs et photosynthèse, une efficience remarquable
Le maïs, il y a fort longtemps ...
histoire du maïs

VOIR GALERIE VIDEO

En images



Rendement par périodes
Rendement par périodes
Comparaison du rendement de variétés groupées par périodes d'inscription et cultivées en milieu peu fertile (rendement moyen des essais 60 q/ha)
Récolte du maïs grain
Récolte du maïs grain

VOIR GALERIE PHOTO



Partager


Les enjeux actuels du maïs



Enjeux alimentaires

Le maïs est aujourd’hui la première céréale produite au monde, ressource de base indispensable pour des millions de personnes. Le maïs constitue un ingrédient majeur dans l’alimentation de nombreux pays de l’hémisphère Sud, tandis qu’il est très utilisé en tant que constituant alimentaire des rations pour les élevages : vaches laitières, volailles, porcs.

En parallèle de l’augmentation de la population mondiale et de la demande alimentaire, les surfaces agricoles cultivables sont en régression pour des raisons diverses : urbanisation sur les terres agricoles, désertification, érosion et perte de fertilité des sols… 
 
Face à ce contexte mondial, le maïs présente plusieurs atouts qui lui permettraient de répondre en partie à ce défi.
  • Les progrès génétiques réalisés par les sélectionneurs sur les variétés de maïs ont permis d’augmenter les rendements des cultures, et donc la production alimentaire pour une même surface.
  • L’amélioration des résistances aux maladies, aux ravageurs et aux autres parasites du maïs diminue les pertes dans les cultures.
  • Le contrôle de la qualité des semences tout au long de la production garantit l’état sanitaire et la germination des semences.


Enjeux environnementaux

Le trichogramme détruit les oeufs des ravageurs
Le trichogramme détruit les oeufs des ravageurs
Le trichogramme détruit les oeufs des ravageurs
> Une culture en accord avec les principes de l’agroécologie
Le principe de l’agroécologie consiste en une agriculture conciliant à la fois rentabilité économique et préservation de l’environnement et des ressources naturelles. Pour répondre à cet enjeu, la culture du maïs dispose de nombreux atouts.
Par exemple, la lutte biologique contre les différents parasites et ravageurs du maïs a fait ses preuves depuis plusieurs années, en particulier contre la pyrale du maïs grâce aux trichogrammes.

> Une évolution du maïs pour tenir compte des enjeux climatiques
Pour que le maïs s’adapte au changement climatique, les chercheurs travaillent sur plusieurs pistes dont la première consiste à analyser la situation dans les pays plus arides avec moins de précipitations.  En étudiant les variétés cultivées et les itinéraires techniques des cultures, les chercheurs espèrent transférer ces méthodes agronomiques sous nos latitudes : adapter les dates de semis, les densités de culture, les méthodes d’irrigation.

A savoir : Lorsque le climat évolue, le contexte parasitaire évolue également, tant en termes de maladies que d’insectes. Les variétés de maïs et les itinéraires techniques de culture doivent tenir compte de ces risques.

> Le maïs, une utilisation pour la chimie durable
Depuis une vingtaine d’années, la chimie de synthèse cherche à réduire les pollutions et les toxicités potentiellement provoquées par les substances produites. L’utilisation de matières premières renouvelables est l’un des principes de ce nouveau concept de « chimie verte » plus durable.

> Le maïs, une alternative énergétique aux ressources fossiles
Le maïs est également valorisé pour produire du bioéthanol pour se substituer aux carburants fossiles. En plus du caractère renouvelable du maïs par rapport au pétrole, le bioéthanol permettrait de réduire les quantités de gaz à effet de serre rejetés dans l’atmosphère. En fonction de la culture utilisée pour produire du bioéthanol et des conditions de culture, la réduction des émissions est variable mais peut être estimé 60%.