gnis pdagogie
"Le site des ressources pédagogiques de la filière semences"


En vidéos



What has a plant breeder to know about production ?
A breeder focuses on variety performance, a good breeder also considers production issues... Let's discover seed production with this lecture.

VOIR GALERIE VIDEO

En images



Les techniques d'amélioration
Les techniques d'amélioration
A chaque objectif une technique particulière
Prise d'échantillon de maïs en récolte de parce
Prise d'échantillon de maïs en récolte de parce
Ce qui a changé ces 15 dernières années, c'est notamment la dimension des réseaux d'expérimentation.

VOIR GALERIE PHOTO



Partager


Le rétrocroisement


Le rétrocroisement
Le rétrocroisement
Technique d'introduction d'un caractère dans une lignée
Le rétrocroisement

Un cas particulier d'hybridation

Un caractère intéressant, tel que la résistance aux maladies, la tolérance au stress, la stérilité, l'amélioration de critères de qualité, peut être présent dans une plante mais pas dans les lignées élites à la base des variétés commerciales. Le sélectionneur va chercher à créer une lignée identique à la lignée élite, mais possédant en plus ce caractère. Pour obtenir ce résultat, le sélectionneur procède par rétrocroisement, encore appelé back-cross.
 
Pour cela, il réalise une série d'hybridations entre la lignée receveuse ou élite, et la lignée donneuse du caractère. Les descendants sont ensuite croisés pendant plusieurs générations par la lignée receveuse ou récurrente. Ceci permet d'augmenter la part de la lignée élite dans le fond génétique des descendants, tout en veillant à conserver le caractère intéressant par élimination des individus n'ayant pas le caractère désiré. Le résultat du rétrocroisement est l'obtention d'une lignée convertie, c'est-à-dire quasiment identique à la lignée élite receveuse, mais contenant en plus le caractère désiré.
 
 

La génétique du rétrocroisement

Les descendants issus du premier croisement possèdent 50% du patrimoine génétique de la lignée élite et 50% du patrimoine du donneur. Lors des back-cross suivants, la proportion du génotype élite augmente, les individus obtenus au deuxième back-cross sont 75% élite et 25% donneur. Au bout du septième back-cross, la part de la lignée élite est de 96,88%, on estime alors que la lignée obtenue est suffisamment proche de la lignée élite. On tend vers l'obtention d'une lignée isogénique, en ne différant de la lignée élite que par un seul gène.