gnis pdagogie
"Le site des ressources pédagogiques de la filière semences"


En images



La technique RFLP
La technique RFLP
Polymorphisme de longueur de fragment de restriction
Les marqueurs RFLP
Les marqueurs RFLP
Couple enzyme / sonde

VOIR GALERIE PHOTO



Partager


Les principaux marqueurs moléculaires


Les principaux marqueurs moléculaires
Les principaux marqueurs moléculaires
Caractéristiques des principaux marqueurs
Les principaux marqueurs moléculaires
Le tableau reprend les caractéristiques des quatre types de marqueurs moléculaires :
 

- Caractéristiques techniques

Le type et le nombre de tels marqueurs disponibles dans le monde végétal, le polymorphisme révélé par ces techniques.
 

- Caractéristiques génétiques

Les marqueurs RFLP et microsatellites sont spécifiques de locus : une sonde RFLP révèle un locus (polymorphe ou pas), de même les amorces des microsatellites n'amplifient qu'un seul microsatellite. En revanche, par les techniques de RAPD ou AFLP, il y a amplification aléatoire d'une séquence, et elles révèlent donc conjointement plusieurs locus.
 
Les marqueurs RFLP et microsatellites sont codominants, c'est-à-dire qu'il est possible de différencier les individus hétérozygotes des deux types homozygotes. En effet, les individus hétérozygotes sont visualisés par deux bandes. En revanche, pour les techniques RAPD ou AFLP, on révèle un polymorphisme de présence ou d'absence de sites d'hybridation et non un polymorphisme de longueur de fragments. Dans ce cas, il y a ou il n'y a pas amplification du fragment.
 
La présence d'une bande signifie que l'individu possède un ou deux allèles "présence de bande", c'est-à-dire que l'on ne peut pas différencier l'hétérozygote de l'homozygote "présence de bande". L'absence de bande signifie par contre sans ambiguïté un individu homozygote pour l'allèle "présence de bande".
 
 

- Caractéristiques d'utilisation

Les deux premières techniques RFLP et microsatellites, de par leurs caractéristiques génétiques, sont utilisées pour réaliser les cartographies, et en génétique quantitative pour la détection de QTL. Les techniques de RAPD et AFLP servent à saturer fortement une région particulière du génome. Elles permettent de densifier le marquage au voisinage d'un gène d'intérêt et sont donc utilisées dans le cas de clonage positionnel ou de rétrocroisement.