gnis pdagogie
"Le site des ressources pédagogiques de la filière semences"


En vidéos



What has a plant breeder to know about production ?
A breeder focuses on variety performance, a good breeder also considers production issues... Let's discover seed production with this lecture.

VOIR GALERIE VIDEO

En images



Poster Pourquoi créer de nouvelles variétés ?
Poster Pourquoi créer de nouvelles variétés ?
Série : Semences et biodiversité
Prise d'échantillon de maïs en récolte de parce
Prise d'échantillon de maïs en récolte de parce
Ce qui a changé ces 15 dernières années, c'est notamment la dimension des réseaux d'expérimentation.

VOIR GALERIE PHOTO



Partager


L'introduction de nouveaux caractères



Utiliser la diversité de l'espèce et des espèces voisines

Utiliser la diversité des espèces
Utiliser la diversité des espèces
Augmenter la diversité génétique par différentes méthodes
Utiliser la diversité des espèces
L'amélioration génétique d'une espèce cultivée repose sur l'exploration et l'utilisation de la diversité naturelle au sein de l'espèce afin d'associer des caractères intéressants. Toutefois, cette variabilité intraspécifique est limitée.
 
Ainsi, pour l'amélioration de caractères de résistance aux maladies, de rusticité, d'adaptation à certaines conditions de milieu, le sélectionneur a souvent recours à des croisements avec les formes sauvages ou voisines de l'espèce cultivée. Ces croisements interspécifiques sont utilisés chez des espèces comme le colza, le tournesol, le blé, la betterave, la tomate, le melon, le haricot, la laitue...


Augmenter l'accès à la diversité génétique

Parfois ces croisements se heurtent à des problèmes d'incompatibilité ou ne permettent pas toujours de travailler des caractères intéressants. Le sélectionneur dispose de techniques permettant de contourner ces difficultés :
 
- La mutagénèse et la variation somaclonale. Ces techniques sont peu utilisées car trop aléatoires.
 
- Le sauvetage d'embryons interspécifiques. Cette technique permet d'élargir les croisements avec des espèces apparentées.
 
- La fusion de protoplastes. Cette technique permet la fusion de cellules entre des espèces plus éloignées.
 
- La transgénèse. Elle a pour but d'introduire dans une plante une information génétique définie, provenant d'espèces, de genres ou de règnes différents.
 
D'une technique à l'autre, de la mutagénèse à la transgénèse, le sélectionneur augmente la source des caractères transmissibles aux plantes en cherchant des gènes chez les êtres vivants de plus en plus éloignés génétiquement de l'espèce à améliorer, tout en introduisant ces caractères de façon plus précise.


La mutagénèse et la variation somaclonale

- La mutagénèse consiste à provoquer artificiellement des modifications de l'ADN en utilisant des agents mutagènes : produits chimiques ou rayonnements ionisants.
 
Les principaux succès de cette méthode concernent l'amélioration des plantes autogames. Ainsi chez le riz, une amélioration de la qualité technique du grain a pu être obtenue.
 
- La variation somaclonale est la modification observée chez certaines cellules, après un long cycle de cultures in vitro sans régénération. Elles ne sont plus alors identiques à la plante mère. Cette variation peut être due à une modification du génome nucléaire ou du génome des organites cytoplasmiques.
 
Par cette méthode, on a pu obtenir une variabilité pour des caractères tels que la résistance aux herbicides, la résistance aux maladies, la tolérance au stress ou à la salinité.
 
 
Ces deux techniques sont peu utilisées par les sélectionneurs car on ne peut prévoir la variabilité créée. De plus, les modifications de caractères obtenues sont peu stables et ne se retrouvent pas toujours dans la plante régénérée, ou dans sa descendance.