gnis pdagogie
"Le site des ressources pédagogiques de la filière semences"


En images



Effet d'hétérosis du maïs
Effet d'hétérosis du maïs
La valeur de l'hybrise est supérieure
Fabrication d'un hybride de maïs
Fabrication d'un hybride de maïs
Il faut contrôler la fécondation

VOIR GALERIE PHOTO



Partager


Les hybrides somatiques retenus


Les hybrides somatiques retenus
Les hybrides somatiques retenus
Choisir parmi les résultats de la fusion
Les hybrides somatiques retenus
Lors de la fusion entre protoplastes, tous les échanges sont possibles entre les deux. On peut ainsi obtenir des degrés de fusion très variables.


Fusion des noyaux et des cytoplasmes

Lorsque la fusion des noyaux a lieu, il peut y avoir une recombinaison plus ou moins importante entre les chromosomes des deux parents. Ce phénomène peut être utilisé pour transférer des gènes nucléaires.
 
On cherchera notamment à obtenir des hybrides somatiques asymétriques, où seuls quelques fragments d'ADN du parent donneur seront introduits dans l'espèce receveuse. En effet, les cas de fusion importante de génomes entre espèces conduisent à des plantes souvent stériles comme la pomate. Pour favoriser ce transfert partiel, l'ADN du parent donneur est déstabilisé par irradiation ménagée des protoplastes (rayons x ou Y) avant la fusion.


Fusion unique des cytoplasmes : les cybrides

Très souvent, la fusion des noyaux n'a pas lieu et au cours des divisions successives, il ne subsistera que l'un des noyaux parentaux. Celui-ci sera associé à un cytoplasme composite ou recombiné. Il contient les organites cytoplasmiques de l'un ou l'autre parent.
 
On constate souvent une recombinaison des mitochondries.
En revanche, les chloroplastes de l'un des deux parents sont souvent éliminés. Il y a alors modification des relations nucléo-cytoplasmiques.
 
L'obtention de ces cybrides peut être également provoquée.
On utilise dans ce cas des doses létales d'irradiation pour les cellules du parent donneur, afin d'inactiver complètement le noyau. Seuls seront transférés ses mitochondries et ses chloroplastes. Le parent receveur peut en plus être traité à l'iodo-acétate, entraînant le blocage de ses organites. Ainsi, les cybrides issus de la fusion seront constitués du noyau du parent receveur et des organites du parent donneur.
 
Les caractères sous la dépendance de l'ADN mitochondrial ou chloroplastique ne sont pas à négliger. Ainsi, la stérilité mâle cytoplasmique est un caractère résultant de l'interaction noyau-mitochondrie. On peut citer également la résistance aux herbicides qui est codée par l'ADN chloroplastique.