gnis pdagogie
"Le site des ressources pédagogiques de la filière semences"


En images



Prise d'échantillon de maïs en récolte de parce
Prise d'échantillon de maïs en récolte de parce
Ce qui a changé ces 15 dernières années, c'est notamment la dimension des réseaux d'expérimentation.
Rendement par périodes
Rendement par périodes
Comparaison du rendement de variétés groupées par périodes d'inscription et cultivées en milieu peu fertile (rendement moyen des essais 60 q/ha)

VOIR GALERIE PHOTO



Partager


L'hybridation somatique


L'hybridation somatique
L'hybridation somatique
Idéal pour transférer des caractères à hérédité cytoplasmique
L'hybridation somatique
Au cours de la reproduction sexuée, les informations génétiques contenues dans le cytoplasme sont transmises par la mère. En revanche, la fusion de protoplastes conduit à une hybridation des noyaux, mais aussi à celle des cytoplasmes. Ceci est très intéressant pour le transfert et l'amélioration de caractères à hérédité cytoplasmique, comme la stérilité mâle. On parle d'hybridation somatique (car issue de cellules non reproductrices de la plante, Soma = corps).
 
Les protoplastes sont des cellules chargées négativement et la fusion spontanée n'est que très rarement observée. La fusion est obtenue sous l'action de divers agents chimiques ou d'un choc électrique.
 
La dernière étape consiste à induire la division des cellules. Elle aboutit à la formation de cals. Ensuite, la différenciation des tissus est provoquée pour reformer une plante entière.
 
Les travaux de sélection commencent sur la descendance de l'hybride somatique.


Applications pratiques

- La première démonstration de fusion entre des protoplastes différents remonte aux travaux de Melchers et al., en 1978. Il recherchait des tomates cultivables à basse température et réalisa, à cette fin, des hybrides entre la tomate et la pomme de terre par fusion de protoplastes : la pomate. Cette nouvelle espèce est malheureusement un exemple théorique, car elle est stérile.
 
- La pomme de terre cultivée, Solanum tuberosum, est une espèce chez laquelle l'introduction de caractères par fusion de protoplastes est facilement réalisable. Ainsi, on a pu introduire des gènes de résistance au virus de l'enroulement, aux virus Y et X, au mildiou et à la pourriture bactérienne due à Erwinia, à partir des espèces sauvages d'Amérique du Sud, notamment Solanum brevidens.
 
- De nouvelles lignées mâles stériles de colza résistantes à l'atrazine ont pu également être obtenues par cette technique.


Les techniques de fusion de protoplaste

- La fusion par des méthodes chimiques. On peut neutraliser la charge électrique des protoplastes par des cations Ca2+ et un pH élevé. Ensuite, on utilise le polyéthylène glycol (PEG) qui provoque une forte agrégation des cellules et déstabilise la membrane plasmique.
 
Après retour aux conditions initiales, les protoplastes fusionnent.
 
- La fusion par des méthodes électriques. Cette technique, l'électrofusion, plus récente, utilise des champs électriques intenses et de courte durée, qui en déstabilisant les membranes entraînent la fusion des protoplastes.
 
Ce système semble être plus efficace.